Index | WebCams | Météo | gratuit : e-mail & Hébergement |
 

 


S.A.S. le Prince Albert II visite l’usine de traitement des eaux résiduaires (UTER)

Mardi 19 janvier, S.A.S. le Prince Souverain a visité les installations de l’usine de traitement des eaux résiduaires à Fontvieille, après les travaux d’amélioration entrepris ces derniers mois.

Rappelons que la totalité des eaux usées de la Principauté, de la commune de Beausoleil ainsi qu’une bonne partie de celles des communes de Cap d’Ail et La Turbie sont recueillies dans le réseau d’assainissement collectif de la Principauté puis conduites vers les unités de traitement qui assurent leur épuration.

Hors épisode orageux, l’intégralité de ces eaux usées arrive au niveau de l’avenue de la Quarantaine où elles sont reçues dans l’usine de pré-traitement des eaux résiduaires (UPTER), localisée sous le Rocher de Monaco et gérée par le Service de l’Aménagement Urbain - SDAU -. Cette usine assure le dégrillage grossier, le dégrillage fin, le dessablage et le déshuilage de ces effluents. Elle est capable de traiter 2 000 L/s.

Une fois prétraitées à l’UPTER, les eaux sont conduites vers l’usine de traitement des eaux résiduaires (UTER) localisée à Fontvieille dans le sous-sol de l’immeuble « Le Triton ». La distance entre les deux usines est d’environ 1 km. Cette usine assure le traitement complémentaire des eaux usées pour un débit maximum de 500 L/s correspondant à la pointe de débit par temps sec. Les eaux épurées sont ensuite rejetées en mer par un émissaire dont l’exutoire se situe à 800 mètres au large de la digue de Fontvieille et à une profondeur d’environ 100 mètres. Les boues sont envoyées directement dans les fours de l’usine d’incinération mitoyenne.

Les travaux de ces derniers mois ont porté sur l’amélioration du traitement physico-chimique et du fonctionnement des filtres biologiques avec l’injection en continu des réactifs favorisant la décantation des boues contenues dans les eaux usées et une meilleure répartition de l’eau sur les filtres ainsi qu’une optimisation des cycles de lavage. Ces améliorations ont pour effet de produire de plus grandes quantités de boues .

Le traitement des boues a été modifié en conséquence. Antérieurement les boues extraites des filtres biologiques étaient recyclées en tête de station pour repasser dans le décanteur lamellaire. Désormais les boues sont soumises à un traitement différencié. Les premières sont envoyées vers un premier stockeur tandis que les secondes subissent un traitement de flottation avant de les rejoindre. Puis l’ensemble des boues subit un égouttage avant d’être concentré dans un second stockeur.

Ces boues subissent ensuite une centrifugation qui améliore leur siccité avant d’être envoyées, par pompage vers l’usine d’incinération. Des centrifugeuses plus performantes ont été installées ainsi qu’une deuxième ligne d’injection de boues dans les fours de l’usine d’incinération mitoyenne. Les boues qui ne sont pas brûlées sont évacuées et éliminées par valorisation agricole sur le site de compostage de Tarascon.

Ces travaux d’un montant de près de 8 millions d’Euros TTC se sont déroulés en trois étapes sur une dizaine de mois, hors travaux préparatoires. En parallèle des travaux conduits par le Service des Travaux Publics, la Société Monégasque des Eaux a effectué des travaux de renouvellement de matériels et équipements existants, amélioré la gestion technique de surveillance et la télésurveillance.

Les travaux d’amélioration de l’UTER ont ainsi permis d’améliorer la qualité du rejet des eaux traitées en vue de satisfaire aux critères de la directive européenne  :

- MES : Des concentrations en Matières En Suspensions inférieures à 35 mg/l ou un rendement minimum de 90%.
- DBO5 : une Demande Biologique en Oxygène inférieure à 25 mg/l ou un rendement minimum de 90%.
- DCO : une Demande Chimique en Oxygène inférieure à 125 mg/l ou un rendement minimum de 75%.

Rappelons que le 5 novembre l’usine avait été affectée par un incendie lors des travaux de démolition de la tour n° 3 de désodorisation. Des dégâts conséquents qui ont touchés le traitement de l’air, l’incinération des boues et les parties communes sans que le traitement des eaux usées ne soit arrêté ni même dégradé. Aujourd’hui les travaux de réhabilition des éléments touchés se poursuivent.

2010-01-19 17:49:44