Monaco Net le Portail de Monaco et Monte Carlo
Monaco Net le Portail de Monaco et Monte Carlo

Conférence sur les addictions des jeunes suite à la parution du rapport ESPAD

©Direction de la Communication / Stéphane Danna

L’Institut Monégasque de la Statistique et des Études Économiques organisait, mercredi 23 septembre 2020, au Novotel Monte-Carlo, une conférence sur les modes de consommation de produits psychoactifs et les usages sans substance (Internet, réseaux sociaux, paris d’argent) chez les lycéens de la Principauté.

Cette conférence faisait suite à l’enquête réalisée par l’IMSEE en avril 2019 auprès de l’ensemble de la population lycéenne de la Principauté, dans le cadre du programme ESPAD (European School Survey Project on Alcohol and Other Drugs) auquel la Principauté participe depuis 2007.

L’objectif était à la fois de restituer les résultats ainsi obtenus et les tendances qui s’en dégagent, mais aussi d’apporter un regard professionnel sur ces phénomènes, par le biais d’interventions d’experts en la matière d’addiction chez les jeunes. Ont ainsi pu apporter un éclairage sur les risques de ces pratiques chez l’adolescent, et notamment concernant le tabac, l’alcool et le cannabis : le docteur Valérie Aubin, Psychiatre – chef du service psychiatrie du Centre Hospitalier Princesse Grace (CHPG), le docteur Jean-François Goldbroch, Psychiatre addictologue – chef de service adjoint du service psychiatrie du CHPG, mais aussi Stanislas Spilka, responsable de l’Unité DATA à l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et responsable scientifique d’ESPAD pour Monaco et la France auprès des instances européennes.

Patrice Cellario, Conseiller de Gouvernement – Ministre de l’Intérieur, a notamment rappelé les mesures mises en place en Principauté dans le cadre de la prévention et de la lutte contre les addictions, et l’intérêt de cette enquête et des indicateurs qu’elle permet d’obtenir pour les actions de ses services.

Enfin, Didier Gamerdinger, Conseiller de Gouvernement – Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, a présenté les grandes lignes du projet de plan de santé mentale, qui mettra en place des actions concrètes en matière d’information, de prévention et de traitement des addictions.

Il ressort en premier lieu du rapport publié et présenté par l’IMSEE, globalement, les usages des trois principaux produits consommés (alcool, tabac et cannabis) baissent entre 2007 et 2019, particulièrement en ce qui concerne le tabac, et ce quel que soit le type de consommation (expérimentation, usage récent et consommation régulière}.

Les résultats de l’enquête ESPAD Monaco-2019 font également apparaître que : 

– En 2019, 93 % des lycéens ont déjà expérimenté au moins un produit parmi l’alcool, le tabac et le cannabis.

– L’alcool est de loin le produit le plus consommé : 9 lycéens sur 10 l’ont déjà expérimenté dont une large majorité en ont consommé au cours de l’année ou dans le mois. Il est considéré comme le produit le plus accessible, avec une diffusion précoce, parfois dès le primaire. Sa consommation régulière (plus de 10 fois dans le mois) concerne 10 % des lycéens.

– L’usage du tabac, dont on observe qu’il est plutôt féminin, diminue. Toutefois, plus de la moitié des lycéens déclarent avoir déjà fumé une cigarette au cours de leur vie et 13% fument de manière quotidienne.

– L’utilisation de la cigarette électronique a bondi : les résultats 2019 révèlent une importante hausse de l’expérimentation de la cigarette électronique et de son usage au cours des douze derniers mois chez les lycéens.

– L’expérimentation du cannabis concerne plus d’un tiers des adolescents, et son usage régulier près de 5 %. Sa consommation occasionnelle tend à diminuer tandis que les usages réguliers restent stables. L’analyse des comportements de consommation de ce produit fait en outre apparaître que 19 % des lycéens ayant consommé du cannabis au cours des 12 derniers mois pourraient présenter un risque élevé d’usage problématique, voire de dépendance à ce produit. Son usage est principalement masculin.

Concernant les « autres usages sans produit », internet et les réseaux sociaux font désormais partie intégrante du quotidien des lycéens. L’utilisation d’Internet a augmenté plus que toute autre activité sur la période 2007-2019. La majeure partie des lycéens passe plusieurs heures chaque jour sur les réseaux sociaux, et ce volume horaire augmente sur les week-ends et les vacances.

Les jeux n’ont pas connu le même essor, mais parier de l’argent est une pratique qui mérite d’être suivie, notamment en ce qui concerne les paris sportifs et qui doit désormais faire l’objet d’un suivi attentif compte tenu des risques connus du jeu d’argent.

En conclusion, le travail effectué par l’IMSEE montre une tendance globale à la baisse de la consommation des lycéens de la Principauté en ce qui concerne l’alcool, le tabac et le cannabis, témoignant d’une évolution positive sur l’usage de ces trois principaux produits.

Toutefois, comme cela a été rappelé au cours des échanges, cette tendance ne doit occulter ni la hausse d’autres pratiques, ni les dangers qui demeurent liés à ces comportements addictifs au cours de l’adolescence, période d’évolution physique, physiologique et psychologique engendrant une vulnérabilité propice au développement de conduites à risques.

Le suivi de l’ensemble de ces indicateurs, dont certains observés sur longue période, a pour objectifs à la fois de constituer un outil de pilotage en matière de santé publique, mais aussi d’offrir aux professionnels de santé, aux personnels enseignants, et aux parents, une vision claire et objective de la situation en matière de consommation de produits psychoactifs et d’usages sans substance chez les lycéens de la Principauté.

Au-delà du travail scientifique et statistique qu’il a réalisé pour cette enquête et son analyse, l’IMSEE souhaite ainsi permettre aux acteurs concernés de disposer de la juste information et de mieux comprendre les mécanismes d’addiction, pour renforcer la mise en place d’actions efficaces en matière d’information et de prévention des comportements addictifs

Le rapport détaillé est disponible sur le site www.imsee.mc